Galerie du Galion

Accueil > Art primitif africain > Objets > Aduno Koro

Aduno Koro

F-691

jeudi 25 juin 2009, par Emile Proust

Arche du Monde ou Aduno Koro, Dogon, Mali :
( Aduno Koro or Ark of the world, Dogon, Mali )

L’arche du monde ou Aduno Koro est une figure souvent décrite parmi l’inventaire des objets sculptés par les Dogon ( cliquer ici ou ici ). Il peut prendre diverses formes et parfois concerner d’autres peuples que les Dogon puisqu’on a retrouvé des objets figurant des histoires ou des personnages des peuples voisins, Bozo et Bambara.

L’objet figuré est quant à lui strictement Dogon. Sorte d’Aduno Koro de petite taille, il a la forme d’un récipient rectangulaire pouvu de têtes d’oiseaux à ses extrémités ( l’Aduno Koro dit classique est pourvu d’une ou deux figures d’équidés ). Sculpté dans un bois mi-dense, le fond plat, les bords latéraux sont découpés en "V". Cet élément faisait partie d’un ensemble en comprenant deux. Le second était similaire à celui-ci mais n’avait pas de fond. Les deux étaient superposés, l’un sur l’autre, le creux en bas.

Cet Aduno Koro était utilisé lors de cérémonies célébrant approximativement le solstice d’été, le moment avant les pluies et où il fallait faire les semailles. Le signal pour ce rituel était le passage des cigognes, oiseau respecté par les Dogon :
"L’emploi du terme ôgôrô pour désigner la cigogne est particulièrement significatif car cet animal, dans la tradition orale dogon, incarne par excellence l’oiseau majestueux, calme et inoffensif, qui se nourrit d’insectes et non de mil et ne fait donc de tort à personne (à l’image du hogon et à l’opposé de l’épervier ou du vautour, oiseaux prédateurs qui symbolisent la guerre ou le chef guerrier). D’ailleurs, dans les chants funéraires, la cigogne représente généralement un homme paisible qui a pourtant été tué par un sorcier, par pure méchanceté." In Chefs sacrés et chefs de guerre dogon : deux pôles du pouvoir, Eric Jolly.
On remarque la similitude de phonétique entre "ôgô" ( Hogon) qui veut dire "le chef" et ôgôrô qui signifie la cigogne.

L’objet était ainsi utilisé :
- des offrandes étaient déposés dans le premier plat, au fond fermé, millet, sang de poulet, oeufs, etc...
- après avoir mélangé ces offrandes et fait quelques prières aux dieux et aux anciens, une partie du premier plat était versée dans le second, creux. Les éléments s’infiltrant dans le sol permettaient de penser quon nourrissait ainsi les anciens.
- le reste des libations était conservé dans le plat avec fond et celui-ci était posé près des lieux où on procédait aux premières semailles.

La surface de cet Aduna Koro est relativement érodée, laissant apparaître la forme des yeux des cigognes et des gravures en frises sur les flans du conteneur.


Vendu

Portfolio