Galerie du Galion

Accueil > Art primitif africain > Pierres > Devin Yombé

Devin Yombé

I-241

dimanche 4 avril 2010, par Emile Proust

Ntadi, Statue en pierre d’ancêtre devin Yombé, Congo :
( Ntadi, Yombe, soothsayer ancestor stone figure, Congo )

Monolithe funéraire et commémoratif figurant un ancêtre devin des Yombé au Congo. Sculpté dans la pierre stéatite dure, l’homme est assis en position de lotus, le torse long, un bras reposant sur la hanche et l’autre portant la racine d’iboga entre les dents. Des bracelets aux poignets et un collier de perles autour du cou ornent la figure. L’homme reste seulement vêtu d’une lanière de frises enroulée sur l’épaule gauche projettant une paire de pompoms et d’une coiffe cylindrique ornée de motifs géométriques. Les formes sont douces et arrondies. La face reste dans le style classique des figures Yombé.
Belle surface oxydée d’ancienneté.
L’objet a été collecté au Congo, à la lisière de Cabinda (Angola), les Mintadi étant devenus quasiment introuvables dans leur périmètre d’origine chez les Bmoma.

Connue aujourd’hui sous le nom de Ntumba, cette pierre était appelée Ntadi, mot désignant la pierre stéatite, Mintadi lorqu’il y avait plusieurs pierres. Le Ntadi était sculpté par les Mboma, sous groupe des Ba-Kongo, afin d’être posé sur la tombe d’une personne importante. Les figures sont souvent masculines.

Le changement de nom, de Ntadi en Ntumba (pluriel Bitumba) vient de ce que ce mot apporte une nouvelle vie à la personne enterrée et honorée. La pierre, Ntadi, devient Ntumba, celui qui observe, surveille, examine, prévoit. Le Ntumba est protecteur, aide à la prière, garde, laisse la mémoire intacte. La pierre n’est plus seulement une figure tombale mais devient le centre de réunions avec le chef dans un esprit religieux.

Un nombre important de ces pierres fut collectionné au cours des années 1950 par l’ethnologue amateur Robert Verly qui supposait qu’elles faisaient partie d’une tradition séculaire. Un examen plus approfondi a toutefois révélé que leur fabrication pouvait être datée grossièrement entre 1850 et 1930. Cette période coïncide avec le développement d’un commerce florissant dans la région de l’estuaire du fleuve Congo. Les chefs et les commerçants jouissaient d’une grande estime grâce aux divers produits européens dont ils faisaient l’acquisition en échange de noix de palmier et d’ivoire.


Vendu

Portfolio