Galerie du Galion

Accueil > Art primitif africain > Masques > Masque Dogon

Masque Dogon

E-513

mardi 25 novembre 2008, par Emile Proust

Masque Kanaga Dogon, Mali :
( Dogon Kanaga mask, Mali )

Le masque kanaga, le plus connu parmi les objets des Dogon, appartient à la société initiatique masculine awa, étroitement liée au culte des ancêtres et aux cérémonies du dama. Il est le seul masque fabriqué par les membres de cette société secrète. Pour les Dogon, les rituels du dama permettent d’accéder à la force vitale universelle et à la réincarnation d’un défunt. Pour guider les morts vers le monde des ancêtres et rétablir l’ordre du monde des vivants, ces cérémonies ont lieu toutes les cinq années. Lors de celles-ci, le masque, alors inerte et profane, devenait l’attribut d’un danseur costumé qui lui donnait vie et parole. Car ce n’est qu’au travers du mouvement, et du porteur plus particulièrement, que le masque fait preuve de son efficacité.

Il peut être interprété de différentes façons par les initiés, les danseurs et les spectateurs. Pour les uns, il représente l’oiseau kommolo tebu, pour d’autres, le crocodile, la vache, l’antilope, ou le forgeron sculpteur lui-même. Tout dépend de l’interprétation des attributs du danseur (coiffe, sacoche, bâton, costume, …) et de la façon dont le masque « danse ». L’interprétation symbolique de l’initié révèle le créateur, indiqué par la gestuelle du danseur dans le ciel et la terre. De même, une interprétation anthropomorphique de la partie supérieure du masque pourrait aboutir à la représentation du dieu amma lui-même. Ses bras représenteraient le ciel, ses jambes la terre, et le costume du danseur les vibrations de la matière originelle. La forme atypique et rare de ce masque laisse à penser qu’il pourrait s’agir d’un amba numa, « bras d’amma ». Les mouvements du danseur portant ce masque sont censés rappeler les gestes du dieu créateur amma au moment de la création du monde.

Sculpté dans un bois léger, traces d’érosion anciennes à la base du visage, pigments bleus, blancs et ocre, dans l’ordre, d’indigo, de kaolin et de latérite. Liens de peau animale.

Provenance : collection de particulier, collecté vers 1950.

Voir sur Youtube les masques Kanaga danser, en cliquant ici.


Vendu

Portfolio