Galerie du Galion

Accueil > Art primitif africain > Statuts > Statue Dogon

Statue Dogon

E-178

mardi 5 septembre 2006, par Emile Proust

Statue Dogon aux bras levés, Mali :
( Dogon figure with raised arms, Mali )

Statue Dogon longiligne et sculptée dans un bois dur chez les Dogon au sud-est du Mali. L’objet figure un personnage debout sur un socle cylindrique orné de motifs en W figurant le serpent. On retrouve les mêmes motifs dessinés à la verticale sur l’abdomen étiré portant un ombilic proéminent. Les bras étroits s’élèvent de part et d’autre de la poitrine jusqu’au-dessus de la tête. Comme de nombreuses figures Dogon, celle-ci ayant le sexe et la poitrine féminins a la face portant une barbe masculine. Les deux sexes sont figurés sur la même sculpture. Patine du bois brune grisâtre.

Bras levés : Un certain nombre de significations interdépendantes ont été données aux sculptures Dogon avec les bras levés. Des spécialistes de la connaissance sur les cultures de ce peuple, Griaule et Dieterlen, ont interprété ce geste comme étant la représentation de divers aspects du rôle du Nommo dans l’organisation et la purification de l’univers et de ses relations avec Amma, le Créateur (Griaule et Dieterlen, 1986 : 381-85). Bien avant, ce geste avait été décrit pour indiquer la communication entre le ciel et la terre (Leiris, 1933 : 30), plus précisément un geste de prière pour la pluie, élément essentiel dans l’environnement aride où vivent les Dogon. Cette dernière interprétation était renforcée par l’apparition de ce geste constatée lors de rituels Dogon. Des sacrifices pour obtenir la pluie étaient faits sur les autels appelés andugo, dédiés à la spirituelle Nomrrio, divinité présente dans toutes les eaux, dont la pluie. Les autels Andugo qui se composent de haches en pierres antiques étaient dans les croyances Dogon des outils envoyés par Nommo, en même temps que la pluie, cela accompagné de crochets de fer appelé gobo, et parfois de statues en bois. Après avoir fait un sacrifice sur l’autel et un feu dégageant une épaisse fumée afin d’attirer les nuages ​​de pluie, l’officiant tenait un gobo dans ses bras tendus vers le haut, puis le ramenait vers sa tête, simulant une sorte d’accrochage des nuages ​​porteurs de pluie.


Vendu

Portfolio