Galerie du Galion

Accueil > Art primitif africain > Statuts > Statue Mama

Statue Mama

E-068

jeudi 30 août 2007, par Emile Proust

Statue d’ancêtre Mama Kantana, Nigeria
( Kantana Mama ancestor figure, Nigeria )

L’un des groupes appelé Kantana, parmi les Mama au centre-nord du Nigeria (les autres s’appelant Kulere, Mada, Rindri et Shah) sculpte des cimiers de danse en bois qui se présentent comme des têtes de buffles de brousse, très stylisés. Ces cimiers sont utilisés lors des danses et des mascarades que les Kantana nomment Mangam. Ces mascarades qui sont une des multiples facettes du culte Mangam sont destinées à gagner la participation des esprits ancestraux afin qu’ils participent à la réussite des récoltes. Ce culte est tant lié à la symbolique de la forme des têtes de buffles, animaux puissants de la brousse, qu’on retrouve insérés dans les parois de lieux de culte autant de crânes d’ennemis vaincus que de crânes des bovins vénérés.

Si les cimiers des Kantana et ceux assez similaires des voisins sont connus, les statues de ces peuples le sont beaucoup moins. Les figures, masculines ou féminines sont courtes, trapues, souvent sculptées de manière schématique. Elles sont la propriété de sociétés masculines qui les utilisent avant tout à des fins curatives et divinatoires, mais s’en servent aussi dans le cadre du culte rendu aux ancêtres. Ces sociétés, fermées aux femmes et aux non-initiés se nomment Komtin, kwompten ou Komtoeng.

La statue présentée est debout, sur des jambes courtes et légèrement fléchies. Le tronc est long, plat sur l’arrière, en deux pans marqués d’une médiane verticale de pointillés sur la face, à la manière des statues des voisins les Montol. Les bras détachés du corps sont longs et droits, terminés par deux longues mains plates. Au-dessus des épaules carrées, le cou massif et long porte le cimier Kantana, une merveille de simples figures géométriques où la naissance des cornes se développe en un cercle continu et élégant, avec une petite bouche formée de deux plans parallèles, légèrement triangulaires. Aucune interruption de la douceur de ces lignes si ce n’est cette crête saggitale marquée de points en v incisés dans le bois, à la manière de la ligne médiane de l’abdomen. Le sexe figuré indique que la statue est masculine. L’ensemble de la figure, tout d’abord teint en noir, était recouvert de rouge de padouk (woodcam) comme le rappellent les nombreuses traces restantes à la surface de l’objet.


Vendu

Portfolio